/ comptabilité

La comptabilité du futur proche

La comptabilité a-t-elle fait sa révolution depuis l’invention de la comptabilité en partie double ? Pas vraiment, car même si l’évolution par les traitements informatiques a apporté quelques aides substantielles, « tenir sa comptabilité » prend toujours autant de temps et n’apporte pas plus de satisfaction au bénéficiaire final, l’entrepreneur. Mais aujourd’hui, nous sommes au seuil d’une vraie révolution ! GererMaBoite vous explique pourquoi.

L’âge de pierre de la comptabilité

Jusque dans les années 1960, la comptabilité des entreprises était traitée avec des procédés manuels lourds, entraînant de nombreuses actions et saisies chronophages et redondantes. Le respect scrupuleux de la norme comptable était à ce prix ! En effet, la tenue était réalisée par le comptable qui inscrivait les opérations dans des livres généraux et auxiliaires (dits journaux) puis reportait les sommes sur des comptes (dits grand livre des comptes) dont les totaux étaient calculés et transcrits manuellement et scrupuleusement pour ne pas générer d’erreurs lors de ces retranscriptions multiples. La production des synthèses faisait l’objet d’un report des totaux des comptes sur un document centralisateur des enregistrements : la balance des comptes. Aussi fastidieux que cela puisse paraître, cela fonctionnait bien, respect de la norme oblige, mais engendrait une inertie folle et des délais incompressibles entre la saisie des opérations élémentaires et la lecture d’une balance à partir de laquelle il était alors possible de faire « parler » la comptabilité.

L’informatisation, une évolution majeure

Depuis 1960, nous assistons à plusieurs évolutions dans le traitement des comptabilités des entreprises.

Impression et informatisation

La tenue de la comptabilité des entreprises était fondée sur un processus de séparation entre la préparation des journaux avec des bordereaux de saisie, retranscrits ensuite sur des terminaux ou des machines encodeuses pour être enfin digérés par un traitement final sur des ordinateurs ou mini ordinateurs. L’impression des documents offrait un nouveau confort pour la révision des comptes en feuilletant les grands livres « papier ». L’arrivée tant espérée et réussie de la micro-informatique a ainsi permis aux comptables de réaliser la chaîne complète de saisie, traitement et impression des documents comptables jusqu’à la révision et le contrôle des comptes. Les erreurs de transcription et de report ont disparu, ce qui constituait une avancée majeure. Et pourtant rien n’a vraiment changé ! Malgré l’évolution des outils de saisie et de traitement des comptabilités depuis plus de 60 ans, l’essentiel est resté relativement statique. Les processus de saisie n’ont pas bénéficié des progrès époustouflants des technologies de traitement de l’information et de reconnaissance intelligente des données. Ce traitement fait toujours l’objet d’un cycle asynchrone dicté par la production des synthèses fiscales (déclaration de Chiffre d’Affaires principalement). Les entrepreneurs et dirigeants ne bénéficient toujours pas d’informations régulières et suffisantes leur permettant de piloter leur activité au quotidien. Le coût de traitement de la comptabilité reste élevé sans pour autant apporter une véritable solution aux préoccupations clés d’un entrepreneur comme la visibilité de sa trésorerie, ses engagements tiers (clients et fournisseurs) et le contrôle de sa rentabilité.

Pourquoi ça n’a pas changé ?
L’informatisation initiale, sans réseau, a probablement entrainé des gains de productivité pour la tenue comptable. Ces gains ont permis d’absorber l’augmentation graduelle de la complexité administrative, mais ils n’ont absolument pas changé le quotidien de l’entrepreneur, qui passe toujours autant de temps à « faire sa compta » sans en tirer un réel bénéfice !



Le futur commence aujourd’hui

Jusqu'à présent, personne n’a réellement su faire profiter des formidables ressources des outils et nouvelles fonctionnalités du Web la comptabilité et la gestion d’entreprise. La mise en réseau via Internet permet une collaboration en temps réel avec l’expert comptable. Or, ce n’est pas encore vraiment le cas, pour diverses raisons liées à la transition non achevée vers le sans papier. Il subsiste au sein de la profession comptable l’habitude de traiter la comptabilité en « batch » (en décalé) pour optimiser l’efficacité de la tenue à la différence de l’aspiration légitime des clients responsables de TPE qui préfèreraient une tenue en flux permanents pour disposer de synthèses périodiques.

GererMaBoite s’appuie sur le web et invente la comptabilisation implicite

Pour sortir de cette impasse, GererMaBoite propose au cœur de sa stratégie la comptabilisation implicite. Elle rend économiquement viable une collaboration en temps réel entre l’entreprise et son expert-comptable. Elle permet à l’expert-comptable d’augmenter sa productivité et la valeur ajoutée de l’heure fournie au client. Tout le monde y gagne. L’entrepreneur, de son côté, profite d’une plateforme disponible 7j/7 et 24h/24 qui lui permet de réaliser régulièrement les taches qui soutiennent l’activité commerciale comme la tenue de la caisse ou l’établissement des devis, bons de livraison et factures. Il peut également classer en ligne ses différents documents numérisés : factures reçues par courrier, par mail ou stockées sur les sites des fournisseurs, pièces de dépenses récupérées quotidiennement ou encore relevés de comptes disponibles sur les sites bancaires. Toutes ces pièces sont implicitement transformées en écritures comptables fiables. L’entrepreneur bénéficie alors d’un énorme gain de productivité. Au-delà de la « collecte » des données comptables proprement dite, il dispose, en permanence, de véritables outils de pilotage avec des synthèses à jour : échéancier clients et fournisseurs, vue de trésorerie prévisionnelle, chiffres clés de rentabilité et d’activité. Enfin, il peut désormais profiter pleinement de nouveaux services aà valeur ajoutée offerts par la plateforme disposant d’informations à jour tels que : plan de relances clients, actions de recouvrement prioritaires, proposition de modification d’échéance fournisseurs, échange de prévisions de trésorerie avec son banquier, etc... , et analyser avec son conseil les déséquilibres de rentabilité globaux ou analytiques….

Envie de nous rejoindre aujourd’hui dans le futur de la comptabilité ?Laura@gerermaboite.fr